EXPOSÉ (BIBLE ANGLAISE)

(1) Et.- La conjonction manque dans Psaume 14:1.

Iniquité.— Au lieu du terme général, « actions », dans les Psaumes 14, comme si l’adaptateur du Psaume estimait qu’un mot applicable au bien comme au mal n’était pas assez fort pour exprimer la hidosité du blasphème.

53:1-6 La corruption de l’homme par nature. – Ce psaume est presque le même que le 14. Le but est de nous convaincre de nos péchés. Dieu, par le psalmiste, nous montre ici à quel point nous sommes mauvais, et le prouve par sa propre connaissance certaine. Il parle de terreur aux persécuteurs, aux pires pécheurs. Il encourage le peuple persécuté de Dieu. Comment se fait-il que les hommes soient si mauvais? Parce qu’il n’y a pas de crainte de Dieu devant leurs yeux. Les mauvaises pratiques des hommes découlent de leurs mauvais principes ; s’ils professent connaître Dieu, mais dans les œuvres, parce que dans les pensées, ils le nient. Voir la folie du péché; c’est un imbécile, selon le récit de Dieu, dont nous sommes sûrs que le jugement est juste, qui nourrit de telles pensées corrompues. Et voyez le fruit du péché; à ce qu’il apporte aux hommes, quand leurs cœurs sont endurcis par la tromperie du péché. Voyez aussi la foi des saints, leur espérance et leur puissance quant à la guérison de ce grand mal. Il viendra un Sauveur, un grand salut, un salut du péché. Dieu sauvera son église de ses ennemis. Il sauvera tous les croyants de leurs propres péchés, afin qu’ils ne soient pas conduits captifs par eux, ce qui sera pour eux une joie éternelle. De cette œuvre, le Rédempteur avait son nom de JÉSUS, car il sauvera son peuple de ses péchés, Mt 1:21.L’insensé a dit dans son cœur… – Pour la signification de ce verset, voir les notes au Psaume 14:1. Le seul changement dans ce verset – un changement qui n’affecte pas le sens – est la substitution du mot « iniquité », dans Psaume 53:1-6, pour « œuvres », dans Psaume 14:1-7. PSAUME 53

Ps 53, 1-6. Sur Mahalath — (Voir sur Ps 88:1, titre). Nous ne savons pas pourquoi cette répétition du quatorzième Psaume est donnée.

1-4. avec peu de changements verbaux, correspondez à Ps 14:1-4.

1 L’insensé a dit en son cœur: Il n’y a pas de Dieu. Ils sont corrompus, et ils ont commis une iniquité abominable; il n’y a personne qui fasse le bien.

2 Dieu a regardé du ciel les enfants des hommes, pour voir s’il y en avait qui comprenaient, qui cherchaient Dieu.

3 Chacun d’entre eux est retourné: ils sont tout à fait devenus sales; il n’y en a aucun qui fait le bien, non, pas un seul.

4 Les ouvriers de l’iniquité n’ont-ils aucune connaissance ? qui mangent mon peuple comme ils mangent du pain: ils n’ont point invoqué Dieu.

5 Ils étaient dans une grande peur, là où il n’y avait pas de peur: car Dieu a dispersé les ossements de celui qui campe contre toi; tu les as mis en honte, parce que Dieu les a méprisés.

6 Oh que le salut d’Israël soit sorti de Sion! Quand Dieu ramènera la captivité de son peuple, Jacob se réjouira, et Israël se réjouira.

Psaume 53:1

 » L’insensé a dit en son cœur: Il n’y a pas de Dieu. »Et cela, il le fait parce qu’il est un imbécile. Étant un imbécile, il parle selon sa nature; étant un grand imbécile, il se mêle d’un grand sujet et arrive à une conclusion sauvage. L’athée est, moralement comme mentalement, un imbécile, un imbécile dans le cœur comme dans la tête; un imbécile dans la morale comme dans la philosophie. Avec le déni de Dieu comme point de départ, nous pouvons bien conclure que le progrès du fou est rapide, tumultueux, délirant, ruineux. Celui qui commence par l’impiété est prêt à tout. « Pas de Dieu », étant interprété, signifie pas de loi, pas d’ordre, pas de contrainte à la convoitise, pas de limite à la passion. Qui d’autre qu’un imbécile serait de cet esprit? Quel lit, ou plutôt quel Aceldama, le monde deviendrait-il si de tels principes sans loi devenaient universels! Celui qui divertit de bon cœur un esprit irréligieux et le suit dans ses problèmes légitimes est un fils de Bélial, dangereux pour le commonwealth, irrationnel et méprisable. Tout homme naturel est plus ou moins un négationniste de Dieu. L’athéisme pratique est la religion de la race.  » Corrompus sont-ils. »Ils sont pourris. Il est inutile de les complimenter comme des sceptiques sincères et des penseurs aimables – ils sont putrides. De nos jours, il y a trop de délicatesse à traiter de l’athéisme; ce n’est pas une erreur inoffensive, c’est un péché offensant et putride, et les hommes justes devraient le regarder sous cet angle. Tous les hommes étant plus ou moins athées d’esprit, sont aussi à ce degré corrompus; leur cœur est mauvais, leur nature morale est pourrie.  » Et ont commis une iniquité abominable. »Les mauvais principes mènent bientôt à de mauvaises vies. On ne trouve pas de vertu promue par l’exemple de vos Voltaire et Tom Paines. Ceux qui parlent si abominablement qu’ils nient leur Créateur agiront abominablement quand cela servira leur tour. C’est la négation et l’oubli abondants de Dieu parmi les hommes qui sont la source de l’injustice et du crime que nous voyons autour de nous. Si tous les hommes ne sont pas vicieux extérieurement, cela doit être rendu compte de la puissance d’autres principes meilleurs, mais laissé à lui-même l’esprit « Sans Dieu » si universel dans l’humanité ne produirait rien d’autre que les actions les plus répugnantes. – « Il n’y a personne qui fasse le bien. »Le seul imbécile typique est reproduit dans toute la race; sans une seule exception, les hommes ont oublié le bon chemin. Cette accusation faite deux fois dans le Psaume, et répétée une troisième fois par l’apôtre Paul inspiré, est une accusation des plus solennelles et des plus radicales, mais celui qui la fait ne peut pas se tromper, il sait ce qu’il y a en l’homme; il ne sera pas non plus plus à la charge de l’homme qu’il ne peut le prouver.

Psaume 53:2

 » Dieu a regardé du ciel les enfants des hommes. »Il l’a fait dans le passé, et il a continué son regard inébranlable depuis son observatoire d’arpentage.  » Pour voir s’il y en avait qui comprenaient, qui cherchaient Dieu. » S’il y avait eu un homme compréhensif, un véritable amant de son Dieu, l’œil divin l’aurait découvert. Ces païens purs et ces sauvages admirables dont les hommes parlent tant ne semblent pas avoir été visibles aux yeux de l’Omniscience, le fait étant qu’ils ne vivent nulle part ailleurs que dans le domaine de la fiction. Le Seigneur n’a pas cherché une grande grâce, mais seulement la sincérité et le désir juste, mais il ne les a pas trouvés. Il vit toutes les nations, et tous les hommes dans toutes les nations, et tous les cœurs dans tous les hommes, et tous les mouvements de tous les cœurs, mais il ne vit ni une tête claire ni un cœur pur parmi tous. Là où les yeux de Dieu ne voient aucun signe favorable, nous pouvons être assurés qu’il n’y en a pas.

Psaume 53:3

« Chacun d’eux est retourné. »Toute la masse de la virilité, tout cela, est retournée. Dans thePsa 14:1-7, il était dit de se détourner, ce qui était assez mauvais, mais ici, il est décrit comme allant dans une direction diamétralement opposée. La vie d’une virilité non régénérée est au mépris direct de la loi de Dieu, non seulement en dehors de celle-ci, mais opposée à celle-ci. « Ils sont tout à fait devenus sales. »La masse entière est aigrie d’un levain maléfique, encrassée d’une pollution omniprésente, classée par une putréfaction générale. Ainsi, aux yeux de Dieu, notre nature athée n’est pas la chose pardonnable que nous pensons être. Les erreurs quant à Dieu ne sont pas les maladies bénignes dont certains les rendent compte, ce sont des maux abominables. Le monde est juste pour les yeux aveugles, mais il en est autrement pour Jéhovah qui voit tout. « Il n’y a personne qui fait le bien, non, pas un seul. »Comment pouvait-il y avoir, alors que toute la masse était levée d’un levain si mauvais? Cela met fin aux fictions du sauvage innocent, du patriarche solitaire, de  » l’Indien dont l’esprit n’est pas cultivé », etc. Verset du pape –

Père de tous, à tous les âges,

Sous tous les climats adoré,

suite…L’ARGUMENT
Ce Psaume, à quelques mots près, est tout à fait le même avec le Psaume 14, et donc le lecteur doit y recourir pour l’interprétation de celui-ci. Et elle est répétée, en partie parce que son sujet est si important et nécessaire pour être connu et considéré; et en partie parce qu’il y a eu une occasion nouvelle et appropriée qui a fait chanter David une seconde fois, et cela avec quelques petites modifications. Et le ou les compilateurs des Psaumes de David avaient une si grande révérence pour leur compositeur, qu’ils savaient être guidés par l’inspiration divine, qu’ils ne perdraient aucun de ses fragments, et répétaient donc ce Psaume avec les variations qu’il avait faites.
Mahalath semble être le nom d’un instrument de musique, ou d’un air; dans lequel, comme dans les autres, il vaut mieux confesser notre ignorance, comme le font les médecins hébreux eux-mêmes, que de céder à des conjectures vaines et infondées à leur sujet.
David décrit l’athéisme et la corruption des hommes, & c. Voir Psaume 10 Psa 14.
Aucun texte de Poole sur ce verset.

L’insensé a dit en son cœur: il n’y a pas de Dieu,…. Le Targoum ajoute : « de qui est la vengeance »; ou il n’y a pas de Dieu pour punir et venger les méchants;

ils sont corrompus; la paraphrase chaldée est: « les méchants ont corrompu leurs voies »; comme toute chair l’avait fait dans l’ancien monde, la Genèse 6:12;

et ont fait l’iniquité abominable ; l’iniquité est la chose abominable que Dieu hait, et rend les hommes abominables à ses yeux; dans le Psaume 11:1, il est lu, « mondes abominables »: le Targoum paraphrase les mots: « ils sont loin d’être bons, car l’iniquité se trouve en eux »; voir Révélation 21:8;

il n’y a personne qui fasse le bien; Voir Gill sur Psaume 14:1.

{a} Mahalath, Maschil, Un Psaume de David.> > L’insensé a dit en son cœur: Il n’y a pas de Dieu. Ils sont corrompus, et ils ont commis une iniquité abominable; il n’y a personne qui fasse le bien.

(a) Qui était un instrument ou un roi de note.

(b) Alors qu’on ne tient pas compte de l’honnêteté ou de la malhonnêteté, de la vertu ni du vice, le prophète y déclare que le peuple n’a pas de Dieu.